Formation professionnelle : des OPCA aux OpCo, qu’est ce qui change ?

Vous souhaitez faire financer votre formation grâce à votre CPF ? La réforme de la formation professionnelle a chamboulé le fonctionnement des prises en charge. Alors pour y voir plus clair, la responsable de la formation professionnelle de l’EFC, Valérie-Andrée Kultsar vous donne les clés pour bien comprendre le nouveau système de prise en charge de vos frais de formation. Le sujet étant ; quelles sont les conséquences de la disparition des OPCA et par quoi ont-ils été remplacés ?

Alors tout d’abord, qu’est-ce qu’un OPCA ?

Un OPCA était un Organismes Paritaire Collecteur Agréé. Jusqu’à ce que la réforme entre en action, il existait un  organisme par branche professionnelle. Sa mission était de collecter une partie de la taxe d’apprentissage et de la redistribuer aux entreprises adhérentes (l’adhésion étant obligatoire). L’OPCA avait un fort pouvoir de décision puisqu’il était collecteur et distributeur des financements pour la formation professionnelle.

Aujourd’hui ils sont remplacés par les OpCo, qu’est-ce ?

Un OpCo est un Opérateur de Compétences. Les OpCo n’ont plus pour missions de collecter ou redistribuer la part de la taxe d’apprentissage dédiée à la prise en charge de la formation professionnelle. L’OpCo n’est plus décisionnaire, il devient gestionnaire des dossiers de prise en charge. Il reçoit toutes les demandes de formation de son secteur économique d’activité, et va informer le demandeur de la réponse positive ou négative pour sa demande de prise en charge.

Les opérateurs de compétences ne sont plus organisés par branches, mais par secteurs économiques d’activité beaucoup plus larges et regroupant ainsi plusieurs OPCA au sein d’un même OpCo.

Mais alors qui décide aujourd’hui ?

France Compétences. C’est un nouvel organisme d’État qui désigne (sur la base d’un référentiel national listant l’ensemble des critères qualités obligatoires), quelles peuvent être les formations agréées et éligibles à la prise en charge via le CPF.

Il faut que l’organisme de formation soit agréé par France Compétences, pour que les demandes de prise en charge soient acceptées par l’OpCo.

Et quel est l’organisme qui collecte et redistribue la taxe d’apprentissage si ce ne sont plus les OPCA ni les OpCo ?

C’est la Caisse des Dépôts et Consignation qui va gérer la partie financière. Elle collecte la taxe et la redistribue directement aux personnes via leur compte CPF, en fonction de leurs droits. Voyez plutôt ce schéma qui présente l’avant/après réforme : avant il y avait les OPCA qui se chargeaient de tout, et maintenant, chaque mission est confiée à une entité bien spécifique.

Ok donc nous avons 3 acteurs qui sont les OpCo, France Compétences et la Caisse des Dépôts. Pourquoi 3 acteurs pour remplacer les OPCA ?

Il y a plusieurs réponses à cette question. D’un côté il fallait décentraliser le pouvoir de décision pour éviter les abus et détournements d’argent. Le pouvoir de décision était trop centralisé, il était alors plus facile d’émettre de fausses factures, de reverser des fonds à des écoles fictives… Le nouveau système devait absolument permettre de s’assurer que la mission de formation était réelle et effective. Chaque entité a son domaine de compétence, et son expertise.

Un système de formation professionnelle performant est une des pistes choisies par l’État  pour faire baisser le taux de chômage. L’objectif de la réforme est de développer l’employabilité.

Et la raison principale de cette réforme a été le besoin d’assurer un service de formation continue performant pour les actifs français. Il devenait impératif de poser un cadre plus moderne et plus accessible, car les métiers évoluent de plus en plus vite.

Par exemple, aujourd’hui, un comptable doit, au cours de sa carrière, acquérir des compétences supplémentaires en conseil client ou dans l’utilisation de logiciels comptables. Son métier évolue et la formation professionnelle doit l’aider à progresser et monter en compétences.

Un système de formation professionnelle performant est une des pistes choisies par l’État pour faire baisser le taux de chômage. L’objectif de la réforme est de développer l’employabilité.

D’où la notion de « compétence » que l’on retrouve beaucoup dans la réforme avec « les OpCo = Opérateurs de Compétence » et « France Compétences » ?

Exactement ! Une des missions du label France Compétences est de s’assurer que les OpCo redirigent vers des organismes qui forment à des compétences concrètes. Ce n’est pas anodin, car la réforme dit aux organismes de formation qu’ils doivent pouvoir former à des grains de compétences. C’est-à-dire qu’aujourd’hui pour pouvoir proposer de la formation professionnelle, il faut avoir la capacité de se remettre en question tant sur le contenu des formations que sur les outils pédagogiques proposés qui doivent toujours être en adéquation avec les mutations des métiers.

La formation doit être découpée de sorte à pouvoir se former « à la carte » et piocher les compétences dont on a besoin.

Oui, la réforme considère qu’une formation professionnelle doit être concrète et directement applicable. Le retour en entreprise est inscrit dans la loi. L’objectif n’est plus d’enchaîner les formations, mais de se former pour répondre à un besoin, et il doit y avoir une période de professionnalisation en fin de formation. L’idée est que « si vous êtes formés, alors vous êtes employables » et l’organisme de formation doit accompagner le stagiaire dans ses démarches de retour à l’emploi.

Les nouvelles technologies nous permettent justement d’assurer le suivi, même à distance.

Tout à fait, et ce n’était pas le cas il y a quelques années. La formation à distance a subi les conséquences des difficultés de suivi sans internet et des abus qu’il a pu y avoir par le passé. À distance, il était difficile d’assurer un réel suivi des étudiants. Mais aujourd’hui, les nouvelles technologies nous permettent de contrôler et suivre la progression des apprenants.

La formation à distance est passée d’une formation parfois considérée comme « peu fiable » à une solution d’avenir.

En fait la situation s’est totalement inversée. La formation à distance est passée d’une formation parfois considérée comme « peu fiable » à une solution d’avenir. Et c’est vrai que la formation à distance permet d’étudier hors temps de travail et de progresser à son rythme. Et évidemment, les nouvelles technologies sont une aubaine pour assurer un suivi d’apprentissage personnalisé et performant.

Et en tant que salarié, comment faire une demande de prise en charge de ses frais de formation professionnelle ? Il faut contacter l’OpCo de son secteur ?

Il y a aussi eu de gros progrès pour simplifier les démarches de demande de prise en charge. En fait, il n’est pas nécessaire de connaître l’OpCo de son secteur économique d’activité. Il suffit de se créer un compte sur www.moncompteactivite.gouv.fr (une appli mobile est prévue pour septembre 2019). Avec votre Compte Personnel de Formation (CPF), vous devenez acteur de votre formation ! Via ce site, vous pourrez solliciter vos droits à la formation et accéder à la liste des organismes de formation agréés par France Compétences.

Il y a aussi eu de gros progrès pour simplifier les démarches de demande de prise en charge. […] Il suffit de se créer un compte sur www.moncompteactivite.gouv.fr 

Avec cette réforme, tous les organismes voulant poursuivre leur activité de formation pro doivent se conformer au référentiel national qualité défini par France Compétences. La plateforme permet aux salariés d’entamer leurs démarches plus facilement et en confiance, puisqu’ils n’auront accès qu’aux organismes de formations agréés.

En conclusion, les changements sont complexes et les organismes de formations ont un travail à mener dans l’organisation de leurs formations par compétences et la mise en conformité de leurs pratiques avec la nouvelle charte qualité.

Cela fait des mois que le service de la formation professionnelle de l’EFC, en collaboration avec les équipes pédagogiques, y travaille, et nous sommes en bonne voie pour prendre ce virage essentiel au développement de l’employabilité.

Grâce à la réforme de la formation professionnelle, le gouvernement propose un système plus simple, plus transparent, plus fiable et mieux adapté aux besoins du monde du travail.

Intéressé(e) par la Formation Professionnelle ?

Faire une demande de devis EFC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *