[Interview] Des chaussures de sécurité aux Ressources humaines, il y a plusieurs pas. Partie 1/2

Lucie, 31 ans et maman d’un enfant de 10 ans, suit actuellement la formation de Gestionnaire des Ressources Humaines à distance avec l’EFC. Mais avant d’en arriver là, il s’en est passé des choses dans sa vie professionnelle ! Un profil atypique, mal orienté dès le collège, qui a su rebondir et saisir les opportunités qui se sont présentées à elle. Aujourd’hui, elle vous raconte son parcours : du collège à l’EFC, il n’y a pas eu qu’un pas.

Une mauvaise orientation au collège

Qu’avez-vous étudié au début de votre scolarité ?

Mon parcours est atypique, arrivée en fin de 3eme avec mon brevet des collèges en poche on me demande ce que je veux faire plus tard ? J’en ai alors aucune idée ! on me conseille d’aller voir une conseillère et le bilan est : que je ne suis pas scientifique ni matheuse et pas très littéraire non plus, je suis bonne élève, sérieuse, mais il est vrai que je n’aime pas trop l’école. On me conseille alors un parcours plutôt manuel ou on allie cours et pratique. Je me retrouve donc en première en internat.

Comment se sont passées vos études ?

À mon arrivée en BEP MPMI (métiers de la production mécanique informatisée), c’est bleu de travail, chaussures de sécurité, boîte à outils et surtout, je suis la seule fille de la classe… voire du lycée, et tout cela m’a très vite refroidie. Je me rends très vite compte que j’ai été mal conseillée et que cette orientation ne me plaît pas du tout. Mais la machine est lancée, je termine finalement mes 2 ans de BEP et j’enchaine sur un BAC PRO dans la même filière, que j’obtiens avec mention très bien. J’aurais pu continuer sur un BTS, poussé par ma maman, mais je ne peux vraiment plus supporter ce secteur.

Reconversion ? Presque. Des petits boulots pas toujours réglo…

Qu’avez-vous fait à la fin de vos études ?

À tout juste 19 ans, je me retrouve alors dans la recherche d’un travail, j’enchaine des petits boulots de vendeuse et d’esthéticienne à domicile qui n’ont rien à voir avec mes diplômes. Par chance ma maman travaille à la Caisse des Dépôts et Consignations, je peux alors y accéder en tant qu’agent occasionnel, ce qui m’a permis de découvrir un métier qui me plait beaucoup : agent administratif. Cette expérience m’a permis de faire un plus dans mon CV. Je rentre ensuite en tant qu’intérimaire à la caisse d’épargne. Alors enceinte de 7 mois, ma mission a été arrêtée avant la fin et, n’a pas été prolongée. En suivant ma formation, j’apprends aujourd’hui que la boite d’intérim n’avait surement pas le droit d’interrompre ma mission.

Vous avez réussi à retrouver un emploi à la fin de votre congé maternité ?

Oui, mon agence intérim m’a re-contactée à la fin de mon congé maternité pour une mission à système U où je suis affecté à la station-service et au gaz. Contente de moi la responsable me propose un CDD, que j’accepte. Puis 2, 3, 4… En tout 7 CDD m’ont été établis en 1 an. (Encore une fois, j’apprends aujourd’hui par le biais de ma formation que ce n’était pas forcément légal). À la fin d’un énième CDD, je signe mon premier CDI, je suis employée polyvalente, encore bien loin de ma formation d’origine à la Baronnerie.

Au bout de 5 ans dans cette entreprise, j’ai le dos cassé à tirer des palettes 50 fois plus lourdes que moi, marre de ses chaussures de sécurité et une impossibilité d’évolution, me font perdre toute motivation. Mon beau-père me propose alors de remplacer une de ces vendeuses dans son magasin de chaussures.

Reconversion ? Oui, mais finalement non…

C’était une opportunité à saisir en effet. Vous êtes donc devenue vendeuse ?

Oui, me voilà vendeuse de chaussures haut de gamme. J’ai quelques notions de vente, mais j’apprends beaucoup sur place (les peausseries, la fabrication, les achats, les commandes, la gestion des stocks, la mise en place, etc.). Après une formation de Photoshop, je deviens responsable du site internet, je gère la prise de vue des chaussures, la mise en ligne, les envois, les retours, etc.

Au bout de 3 ans, le magasin devient spécialisé pour les enfants et on me propose un poste de responsable que j’accepte. Aujourd’hui, depuis 3 ans je suis responsable d’une boutique, et je forme également 2 apprenties.

Cela semble bien se passer, qu’est-ce qui a fait que vous avez envisagé une reconversion ?

Depuis 6 mois je n’ai plus envie, plus de motivation, un manque énorme de reconnaissance, jamais de « merci », jamais de « c’est bien » même la rémunération ne suit pas. Vendeuse en chaussures enfants demande également énormément de patience. Tout ceci s’ajoute à ma motivation de rechercher un autre travail qui ne sera pas dans la vente et encore moins dans le service aux particuliers…


Pour connaitre la suite de son histoire, direction La formation Gestionnaire RH vue par Lucie. Partie 2/2

Commentaires

  1. […] vous n’avez pas vu le début, voici la première partie de l’interview de Lucie, où elle raconte son parcours étudiant et professionnel, avant d’en arriver à une […]

  2. ndeye amy dit:

    bonsoir à tous ,
    j’ai eu à lire pas mal de témoignage et je suis ravi de voire des personnes aussi courageuses et déterminées. Et trés sincèrement vu la façon et la manière dont vous avez fait preuve de vous en sortir tête haute par la voie de faire une formation par l’EFC, j’avoues que par votre exemple ,je souhaite faire de même pour un avenir plus stable et qualifiante. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *