[Interview] Yanis nous donne son avis sur la formation Juriste d’Entreprise. Partie 1/2

Quelques semaines après la réussite de sa formation, Yanis a déjà décroché un entretien d’embauche. Titulaire d’une licence de droit, il a décidé de suivre la formation Juriste d’Entreprise pour se professionnaliser et monter en compétence, notamment sur un plan plus pratique. Bonne décision ! Les recruteurs le remarquent ! 

Bonjour Yanis. Bravo pour la réussite de votre formation et merci d’avoir accepté de répondre à nos questions. Pourriez-vous nous dire quel a été votre parcours avant votre formation ?

J’ai fait un BAC Littéraire puis une année de sociologie mais cela ne m’a pas plu du tout. Je me suis réorienté en Fac de droit et j’ai fait ma licence de droit privé à Perpignan. A la suite de ça, j’ai commencé un Master mais c’était pareil… Je n’ai pas aimé. J’ai mené des projets professionnels à côté qui m’ont amené des opportunités mais il me manquait quand même ce côté juridique.

Après mon dernier emploi, j’ai donc commencé à chercher des formations. J’ai cherché des organismes de formation un peu partout pendant des mois. Je suis tombé sur le site de l’EFC avec la formation juriste d’entreprise et comme ce métier m’a toujours attiré, j’ai décidé de m’inscrire.

Comment en êtes-vous arrivé à la formation à distance et chez nous ? 

J’ai regardé les avis sur internet tout simplement. Je suis tombé sur différents sites de formation. Il y avait une histoire de prix parce que ma formation était financée à moitié par mon CPF et à moitié par Pôle Emploi. Il fallait donc aussi que je trouve quelque chose de qualité qui corresponde aux critères de ces organismes. Je suis tombé sur le site de l’EFC qui avait de très très bons résultats et je me souviens qu’à l’époque, quand je travaillais chez Renault Perpignan Avenir Automobile j’avais un apprentis qui avait fait une formation chez EFC et qui m’en avait dit du bien.

Sur votre site, j’ai moi même regardé les témoignages des anciens élèves et ils ont été encourageants pour moi. Ensuite, j’ai fait les demandes et tout a été accepté. 

En ce qui concerne le format, je ne cherchais pas forcément une formation à distance. À la base je cherchais même plutôt une formation en présentiel mais c’est arrivé en même temps que la pandémie. Même les organismes en présentiel se sont adaptés en proposant des formations à distance.

Après la réussite de votre formation et avec plus de recul, est-ce que vous auriez préféré suivre une formation en présentiel ou est-ce que, finalement, le distanciel vous a plu ? 

Finalement le distanciel ne m’a pas dérangé. Par contre, la seule difficulté qu’on peut rencontrer sur un format à distance, c’est l’auto-motivation. C’est la rigueur qu’on doit s’imposer chaque jour, et ça, c’est quelque chose que je n’avais jamais vécu. Après, pour ma part, cela n’a pas été un mal puisque la formation a rythmé mon quotidien. C’était un challenge que je devais relever.

Combien de temps a duré votre formation ?

J’ai terminé la formation en 8 mois. Par moment, je n’ai pas été régulier comme j’aurais aimé l’être mais cela n’a rien à voir avec une motivation quelconque : ce sont plus les aléas de la vie qui font qu’on est obligé de se déporter sur des choses importantes.

Je suis quelqu’un d’assez stressé, j’aime bien faire les choses dans les délais. Je me suis quand même mis une pression en me disant qu’il fallait vraiment que je termine. Parce que c’est vrai que les tomes pour la formation juriste d’entreprise sont assez volumineux. Il fallait avancer. 

J’ai regardé le total d’heures de la formation avant de commencer. J’ai vu que c’était 500 heures et j’ai divisé. J’ai calculé pour prévoir un temps de travail productif. Je n’ai pas travaillé tout de suite toute la journée comme j’ai pu le faire un peu plus tard mais j’ai divisé, je me suis dit : « Il faut que je travaille environ 13h par semaine pour arriver au bout de mes 500 heures tranquillement ». Cela m’a permis de mettre une vraie rigueur en place. 

Qu’avez-vous pensé du contenu de la formation ? 

Moi, ce qui m’a plu, c’est la plateforme pédagogique, l’espace-élève. On pouvait avoir les cours en version numérique et papier. Combiner les deux, je trouve ça génial. J’ai une mémoire visuelle, donc sur l’ordinateur je vais retenir pas mal de choses. L’ordinateur me faisait avancer plus vite mais le papier, je ne sais pas comment l’expliquer… me permettait de mieux retenir. En combinant les deux c’était très intéressant. On peut continuer à travailler si on est obligé de se déplacer parce qu’on peut se déplacer avec nos cours donc c’est très pratique.

« J’ai trouvé le contenu très intéressant et très très bien fait »

[Il existe différents outils qui permettent à nos élèves d’étudier dès qu’ils le souhaitent et où qu’ils se trouvent. Consultez cette page pour en savoir plus]

Avez-vous sollicité l’aide de nos professeurs ?

Alors je n’ai jamais sollicité un professeur. Pour moi le cours est clair. J’ai eu des difficultés sur des devoirs, je ne vais pas vous mentir. Il y a des devoirs qui m’ont pris parfois même deux jours mais c’est quelque chose que j’aime et qui ne m’a pas dérangé.

Le cours est expliqué, on a toutes les réponses en réalité. C’est une question de recherche autant dans le cours que sur des documents autres comme internet, un livre, une bibliographie. C’est à nous d’aller chercher un peu plus loin au lieu de solliciter sans arrêt quelqu’un. 

Disons que pour moi, ce qui m’a intéressé dès le départ dans le droit, ça a été la recherche. Si on a un cours, un commentaire de texte ou une fiche de jurisprudence à faire par exemple, on va aller chercher des jurisprudences qui ressemblent aux devoirs qu’on a fait ou alors, au contraire, qui vont aller dans le sens complètement opposé. Mais c’est à nous de chercher pour pouvoir comprendre le devoir en lui-même et pousser la réflexion, le raisonnement. En tout cas, c’est comme ça que je vois les choses. 

Je pense que c’est quand même plus facile pour moi parce que j’ai des bases,  des notions. Pour quelqu’un qui passe d’un poste d’ambulancier à vouloir faire cette formation, je pense que, pour lui, le défi sera un peu plus costaud.

Qu’avez vous pensé du retour des professeurs sur vos devoirs ? Leurs annotations étaient-elles claires, pour vous ?

Moi j’ai été agréablement surpris par les corrections. Il y a ce double schéma de la correction type et de la correction de notre devoir. Les deux mis bout à bout, on arrive vraiment à comprendre. Les profs sont vraiment impliqués dans leurs commentaires et vont nous expliquer où est-ce qu’on s’est trompé. Quand on compare ça avec la correction type, on arrive tout de suite à comprendre où est-ce qu’on s’est planté. Sur ça, je n’ai vraiment rien à redire.

« Les professeurs sont vraiment dans une logique de bienveillance et d’apprentissage. On sent que ce sont des professionnels et qu’ils aiment ce qu’ils font « 

Nous conseillons souvent à nos élèves de se faire soutenir par leur entourage. En avez-vous parlé à vos proches ? vos amis ?

J’ai la chance d’avoir des proches qui m’encouragent. Je pense quand même que le fait que ce soit à distance leur a fait peur. Ils se sont dit que ça allait être difficile, que j’allais devoir être motivé et avoir une certaine rigueur. Moi je ne m’arrête pas à ça. Plus on me dit c’est difficile, plus je me dis “je vais y aller”.

J’avais un bon feeling sur cette formation et aussi sur le distanciel. Je ne travaillais pas, je consacrais tout mon temps à la formation. Pour moi, le fait de travailler à distance me convenait parce que je pouvais m’occuper de la maison, de tout ce que j’avais à faire, et je pouvais le faire tout en travaillant mes cours. J’avais largement le temps. 

« Pour moi le distanciel ça a été une aubaine « 

Avez-vous pu participer aux séquences e-learning de votre formation ? Cela vous a-t-il aidé? 

On a des lives, des vidéos sont prévues dans le programme du cours. Les profs qui dispensent les vidéos étaient très bien. Ils sont clairs, on a des QCM à chaque fin de thématique, pour voir si on a compris, je trouve ça super parce que ce n’est pas juste quelqu’un qui parle dans le vide pendant 30 minutes.

Donc on a ces vidéos-là, ces rediffusions, mais par contre on n’a pas beaucoup de direct. Moi cette formation je la verrais s’améliorer avec ça ou avec la mise en place d’un “mentor”. Mettre un point régulier, tous les mois par exemple pour nous demander si on avance, si on a des blocages etc.

Je pense que cela aiderait davantage de personnes. 

Des tuteurs pédagogiques et vos professeurs sont toujours disponibles pour vous aider. Si un élève nous sollicite ou nous fait part de ses difficultés à progresser dans sa formation, un accompagnement personnalisé sera mis en place pour lui permettre d’aller au bout de son projet et de le réussir. Nous souhaitons cependant que la demande vienne de l’élève car la plupart d’entre eux ont une activité en parallèle et ne sont pas toujours disponibles au moment où on les appelle. L’objectif est aussi de les aider au bon moment pour que cela soit réellement bénéfique. 

Après je sais que ce qui est difficile c’est de caler tout le monde sur le même timing, parce que je sais que chez vous il n’y a pas de date de début pour les formations. On peut les commencer à tout moment, quand on en a envie. Je pense que le distanciel peut faire peur à tout le monde donc il faudrait plus mettre en avant l’accompagnement que vous proposez. 

Pour le reste les cours sont de qualité, les vidéos sont de qualité, c’est très bien structuré. C’est pensé pour que quelqu’un qui ne vient pas du juridique puisse comprendre. Le premier tome est un tome d’introduction. On arrive à saisir les grandes lignes, à comprendre où les profs ont voulu nous amener. Les cours sont bien faits et j’ai été agréablement surpris d’ailleurs de voir à quel point. J’ai aussi été surpris par l’investissement des professeurs et même du service pédagogique. C’est vrai que quand j’ai débuté, le service pédagogique m’a dit que si j’avais besoin d’un coup de main, il ne fallait pas hésiter à les solliciter. Je l’ai fait, au début, pour des raisons d’organisation. On a échangé et ils m’ont permis de commencer à trouver un plan de travail et une organisation pour la formation. Ils ont toujours été là, à chaque fois que j’ai envoyé un message je recevais une réponse très rapidement.  

« J’étais rassuré de voir que si j’avais une question ou besoin d’aide, il y avait du répondant « 

Je pense vraiment que ce n’est pas tous les organismes de formation qui ont ce répondant là. Je connais des gens qui ont suivi des formations dans d’autres organismes et qui n’ont pas retrouvé cela.  De mon point de vue c’est un organisme qui est sérieux et très rassurant. On se rapproche de l’excellence, sincèrement. 

« C’était véritablement au-delà de mes attentes « 


Pour en savoir plus sur la recherche d’emploi de Yanis, direction la partie 2/2

Commentaires

  1. […] vous l’ avez manqué, voici la première partie de l’interview de Yanis dans laquelle il revient sur sa formation et partage son […]

  2. Bonjour,
    Je viens ici témoigner que j’ai enfin trouvé ma formation après tant d’années
    la formation à distance avec EFC formation, c’est un excellent établissement où
    les professeurs et le service-pédagogique sont toujours prêts à rendre ses élèves
    meilleurs dans leur formation du métier .
    Venez vous formez, n’hésitez pas !

    1. EFCformation dit:

      Bonjour Ignace,

      Nous sommes heureux de participer à la concrétisation de vos projets. Effectivement, vos professeurs et notre service pédagogique sont disponibles, à tout moment, pour vous accompagner. N’hésitez pas à les solliciter, ils seront ravis de pouvoir vous aider.

Laisser un commentaire à [Interview] Yanis intéresse les recruteurs après la réussite de sa formation Juriste d'Entreprise. Partie 2/2 - ComptaMag Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *